Le directeur de Russian Railways, Oleg Belozyorov, déclare : « Le transport ferroviaire de conteneurs de la Chine vers l’Europe pourrait dépasser 2 millions d’équivalents vingt pieds par an »

<>

VIENNE, 18 mars 2019 — Le potentiel de transit des chemins de fer en Asie et en Europe a été le principal sujet de discussion de la session plénière du Congrès ferroviaire international 2019 (International Railway Congress) qui a eu lieu à Vienne aujourd’hui.

« L’idée principale qui se profile derrière l’initiative ‘Une ceinture, une route’ est la construction de l’infrastructure nécessaire pour apporter des produits chinois à l’Union européenne. Cette initiative implique une centaine de pays. Cela constitue pour les cheminots russes une occasion d’accroître leur part sur le marché en plein essor du transit eurasien », a déclaré Oleg Belozyorov, PDG et président du conseil d’administration de Russian Railways (Chemins de fer russes). Il a rappelé que le volume total des échanges commerciaux avec la Chine s’élevait à près de 5 000 milliards de dollars. Les chemins de fer en Russie et dans l’Union économique eurasiatique jouent traditionnellement le rôle de « pont terrestre » reliant les plus grandes économies d’Europe et d’Asie.

« Il y a quelques années, nous pouvions seulement envisager que près de 600 000 conteneurs transiteraient par la Russie. À ce jour, c’est chose faite. Nous avons constaté une augmentation de 30 % par rapport à l’année précédente. Nous pourrions atteindre le chiffre de 2 millions d’équivalents vingt pieds (EVP) par an, voire plus », a déclaré M. Belozyorov.

Pour y parvenir, Russian Railways prévoit de réduire à sept jours le temps nécessaire au transport des conteneurs depuis l’Extrême-Orient jusqu’à la frontière occidentale de la Russie. La mise en œuvre de projets d’infrastructure à grande échelle pour la reconstruction de la ligne BAM (Baïkal Amour Magistrale) et pour le Transsibérien, qui feront passer la vitesse des trains de fret de 1 150 à 1 500 km par jour, est envisagée.

La construction de la ligne Košice-Bratislava-Vienne, présentant un écartement des rails de 1 520 mm, revêt une importance capitale. « Ce projet va faire passer le travail des chemins de fer à un autre niveau. Nous allons essayer de nouvelles technologies pour accélérer le passage des frontières et unifier les questions juridiques. Nous devons mettre tous les moyens en œuvre pour que cela soit fait le plus vite possible », a déclaré M. Belozyorov.

Il a également cité plusieurs initiatives conjointes importantes destinées à accroître le trafic de transit.

« Il est important pour nous d’avoir un cadre réglementaire unifié. Un grand nombre de choses ont été accomplies dans le cadre de l’Union internationale des chemins de fer, mais il reste encore beaucoup à faire. Nous devons rapidement traverser les frontières. Nous pouvons parcourir de longues distances à grande vitesse, mais la cargaison reste à la frontière pendant deux jours en raison du dédouanement », a-t-il ajouté.

Les technologies numériques représentent un autre aspect essentiel. « Des outils tels que la blockchain et les contrats intelligents peuvent nous permettre de prendre des décisions en quelques secondes et d’économiser des milliards de dollars. »

SOURCE JSC Russian Railways (RZD)

WHAT TO READ NEXT...